Ethic Ocean

ZERO PLASTIC in my kitchen

À propos de l’association

Préservation des océans et de leurs ressources. Ethic Ocean travaille avec l’ensemble des professionnels de la filière pêche et aquaculture pour initier, accompagner et valoriser la mise en œuvre de pratiques durables.

Résumé du projet

La production mondiale de plastique est passée de 1,5 millions de tonnes/an en 1950 à 348 millions de tonnes en 2017 et ce chiffre pourrait être multiplié par trois d’ici 2050. Le gaspillage du plastique est devenu un problème environnemental majeur. De nombreux objets plastiques finissent par s’accumuler sur terre mais également en mer. En effet, on estime qu’environ 9 millions de tonnes de plastique/an finissent dans les océans. Si des actions concrètes ne sont pas mises en place au niveau international, le gaspillage du plastique pourrait doubler d’ici 2030 et on estime qu’en 2050, le volume de plastique dans les océans sera supérieur à celui des poissons.

Une fois dans les océans, le plastique se détériore et se divise en plus petites parties appelées microplastiques. Ces derniers absorbent de nombreux polluants tels que les pesticides ou les métaux lourds et peuvent être ingérés par les organismes marins à tous les niveaux trophiques. Par conséquent, les microplastiques se retrouvent d’ores et déjà dans de nombreux produits de la mer consommés par les humains et peuvent avoir des effets néfastes sur la santé. Au-delà des risques sanitaires, la pollution plastique a des impacts négatifs importants sur les écosystèmes marins mais également sur l’économie bleue.

De par l’importante utilisation de plastiques à usage unique, les restaurants et les hôtels contribuent fortement au gaspillage et à la pollution plastique. Par ailleurs, les produits alimentaires tels que les produits de la mer sont livrés en grande majorité dans des contenants en polystyrène composant extrêmement nocif pour la vie marine. Une fois dans les océans, ces plastiques à usage unique subsistent pendant des centaines d’années causant de nombreux dommages aux écosystèmes marins. Ainsi, les professionnels de la restauration ont un rôle central à jouer afin d’améliorer l’état des océans en modifiant leurs pratiques.

Lieu

France, Europe, Asie

Montant demandé

20 000 €

Utilisation prévue de ce montant

Supports et actions de communication, évaluation des pratiques et accompagnement.



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% for the Planet ou notre Foire Aux Questions