Bloom

Un label trompeur

À propos de l’association

Bloom protège l’océan et les espèces marines en maximisant les emplois durables dans la pêche et l’aquaculture. Elle met également fin aux méthodes de pêche destructrices et à l’expansion de la pression de pêche dans le monde. Ils cherchent également à rendre transparent le secteur particulièrement opaque de la pêche, favorisant ainsi un changement du modèle existant.

Résumé du projet

BLOOM a créé un programme de recherche destiné à analyser les cahiers des charges et le fonctionnement des écolabels certifiant les produits de la mer et existant sur le marché français. Après quelques mois d’analyse, BLOOM s’est consacrée essentiellement au label Marine Stewardship Council (MSC) qui n’est pas garant d’une pêche durable mais est le plus répandu : en situation de quasi-monopole, il a déjà certifié comme « durables » de nombreuses pêcheries destructrices. Aujourd’hui, le MSC signe des partenariats avec des géants de la consommation comme Carrefour, Walmart, Ikea et McDonald, qui s’engagent à un approvisionnement « 100% durable ». Ces objectifs de parts de marché rendent impossible l’identification d’alternatives réellement durables et ne laissent pas la place à de nouveaux labels plus vertueux. De plus, cette stratégie pousse le MSC à diluer son cahier des charges pour augmenter son chiffre d’affaire à l’opposé de sa vision d’un « océan regorgeant de vie ».

Bien qu’il existe quelques standards internationaux liés à la certification des produits de la mer, il ne semble y avoir aucun recours réel automatique contre les certifications abusives ou contre une entreprise qui décide de qualifier ses propres produits comme étant issus d’une « pêche durable » sans contrôle externe. Pour l’acheteur non averti : impossible de faire la distinction entre les macarons vides de sens et un écolabel vertueux.

Lieu

France et international

Montant demandé

30 000 €

Utilisation prévue de ce montant

Recrutement d’un-e chargé-e de mission permettant d’étoffer l’équipe sur ce projet qui vise à sensibiliser les citoyens sur ce label.



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% for the Planet ou notre Foire Aux Questions