Terre de Liens

Faire de la terre un bien commun avec un numérique citoyen

À propos de l’association

Terre de lien à pour objectif d’enrayer la disparition des terres agricoles, faciliter le parcours des agriculteurs cherchant à s’installer et développer l’agriculture biologique et paysanne : voici nos engagements depuis 2003. Notre initiative d’éducation populaire s’appuie sur une dynamique associative et citoyenne pour préserver le foncier et agir concrètement pour en faire un bien commun.

Résumé du projet

En France comme en Europe, nos terres agricoles sont grignotées par l’artificialisation, les forêts ou les friches, mettant en péril notre capacité à produire une alimentation de qualité (-5 710 000 ha en 70 ans, 5 fois la superficie de l’Ile-de-France). En outre, ce sont 200 fermes qui disparaissent par semaine alors que, faute de moyens et de réseau, les paysans non issus du milieu agricole renoncent à s’installer. D’ici 2030, 40 % des agriculteurs partent en retraite et 7 millions d’ha vont changer de main, accélérant le phénomène d’agrandissement, de spéculation (+53% de prix moyen en 20 ans) et l’arrivée de fonds d’investissement. Ceci renforcera l’agriculture intensive, détruisant la biodiversité, polluant les sols et l’eau…

C’est un changement de société que nous visons via la mobilisation citoyenne. Pour sortir du cercle des convaincus, il faut ouvrir la « boite noire foncière » pour rendre accessible à tous cet enjeu essentiel. Au-delà des acquisitions collectives de fermes, c’est en participant au débat et en influant sur les modèles agricoles que la terre sera considérée comme un bien commun. Pour ce faire, les ressources documentaires sur les questions foncières doivent être plus facilement identifiées, diffusées et utilisées pour un impact plus significatif.

À partir d’innovations régionales, nous avons conçu 3 outils numériques :
– pour capitaliser la connaissance : un Centre de ressources avec des dossiers thématiques, fiches d’expériences, articles de recherche…
– pour agir concrètement : Objectif Terres, « le bon coin » de la terre agricole qui met en relation des futurs paysans et retraités et permet l’accompagnement des projets, réduisant l’inadéquation entre offre et recherche de terres
– pour interpeler : Parcel, convertisseur alimentaire montrant les impacts et défis de la relocalisation et du passage en bio de l’alimentation

Notre projet est accélérateur de mobilisation sociétale et d’impact.

Lieu

France

Montant demandé

50 000 €

Utilisation prévue de ce montant

– Finaliser la production de kits (conception, graphisme, impressions) qui seront sous forme de tutoriels vidéo, de guides et fiches-mémos. Ils seront diffusés via le Centre de ressources et par les animateurs des associations régionales Terre de Liens auprès des groupes locaux de bénévoles.

–  Animer un groupe de travail pilotant le plan de production, de suivre et accompagner les « producteurs » de ressources et d’organiser la mise en ligne de manière décentralisée.

– Animer une communauté de modérateurs de petites annonces capables de vérifier leur adéquation avec la dimension biologique ou biodynamique et paysanne, de répondre aux questions et commentaires de candidats ou cédants issus de leur région, etc.

– Faire monter en compétences les bénévoles en charge du primo-accueil des porteurs de projet, pour répondre à des sollicitations toujours plus nombreuses où i) les seuls salariés ne peuvent plus répondre à l’ensemble des sollicitations et où ii) ce « métier » d’accueil et d’accompagnement représente un fort levier d’engagement et d’épanouissement pour les bénévoles du réseau.

– Pour Parcel, l’important est d’outiller les acteurs pour une maîtrise des sources des données, afin d’être en mesure d’expliciter les résultats de manière pédagogique et d’en tirer une analyse pertinent pour les collectivités et territoires. En outre, des formations de relais régionaux (salariés ou bénévoles) sont prévues (intervenants, frais pédagogiques). Elles permettront une diffusion plus efficace, via des « ambassadeurs » de proximité. Des journées réunissant des bénévoles aux niveaux national et interrégional sont prévues (intervenants, salles), permettant les échanges de pratiques et améliorant ainsi la pertinence de l’utilisation des ressources.

– Financer l’animation (frais de coordination) de la mobilisation dans les régions des bénévoles et plus largement des citoyens sur la question de la terre, bien commun. Cela se fera par des réunions locales rassemblant au total des centaines de personnes sur l’ensemble de la France.



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% for the Planet ou notre Foire Aux Questions