Projet Primates France

Lutter contre le braconnage et réhabiliter à la vie sauvage les chimpanzés victimes du trafic.

À propos de l’association

Projet Primates France (PPF) est l’antenne européenne du Centre de Conservation pour Chimpanzés en Guinée qui est hors réseaux.

Missions:

-Lutter contre le trafic en accueillant les chimpanzés saisis, issus du braconnage.

-Les réhabiliter/relâcher lorsque c’est possible

-Sensibiliser les populations Guinéennes et Européennes à la conservation des espèces

-Développer des projets communautaires.

Résumé du projet

Les chimpanzés ont disparu de 4 pays africains faisant partie de leur aire de répartition. La déforestation, le trafic animalier et les maladies humaines accélèrent leur déclin. La sous-espèce en Guinée (pan troglodytes verus) est la plus en danger et est considérée par l’UICN en danger critique d’extinction. 

La Guinée est le pays d’Afrique de l’Ouest qui concentre la plus forte population de chimpanzés. Le Parc National du Haut-Niger dans lequel nous travaillons est un Hot-spot de conservation du chimpanzé. 

Mais son accès aux voies maritimes, en fait également une plaque tournante du trafic animalier. 

La lutte contre le trafic n’est pas dissociable de notre Centre de Conservation pour Chimpanzés (CCC) qui est le seul en Guinée. Il permet aux autorités de faire appliquer les lois, d’endiguer le trafic et de protéger les populations de chimpanzés sauvages. Les autorités ne saisissent pas les chimpanzés s’ils ne peuvent pas les placer car ils n’ont que peu de moyens et le chimpanzé est doté d’une grande intelligence et d’une grande force.

Le CCC accueille 62 chimpanzés alors qu’il n’est prévu que pour 40. Les autorités sont aujourd’hui engagées et l’afflux de chimpanzés provient de ces arrestations plus fréquentes. Nous ne pouvons pas limiter les efforts des autorités faute de place ni impacter l’efficacité du programme de réhabilitation. Bien sûr nous relâchons quand c’est possible les chimpanzés dans la nature mais le processus est très long.

Nous souhaitons doter le sanctuaire d’une infrastructure de 7 hectares pour permettre au programme de réhabilitation de conserver son efficacité tout en continuant d’accueillir des orphelins. Cette infrastructure aura la particularité de respecter le principe de fission-fusion observable dans la nature et renforcera ainsi les comportements sauvages. Elle facilitera l’intégration de chimpanzés dans des groupes plus conséquent, plus stable et sera un atout pour préparer les chimpanzés au relâché.

Lieu

La République de Guinée et ses pays voisins (Guinée Bissau,Sénégal, Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone)La Guinée est reconnue comme une plaque tournant du trafic en Afrique de l’Ouest et certains des pays frontaliers ne disposent pas de centre d’accueil pour les animaux saisis (Guinée Bissau/Sénégal). La pression sur la Guinée est conséquente. Les pays qui disposent aussi d’un sanctuaire sont pour deux d’entre eux très récents (Côte d’Ivoire fin 2020 /Liberia 2017).

Montant demandé

35 000

Utilisation prévue de ce montant

Ce montant nous permettra de recréer le principe de fission-fusion pour les chimpanzés avec l’installation de tunnel. Il permettra également de sécuriser l’infrastructure pour les chimpanzés ET le personnel avec la double clôture. Enfin, une partie du montant sera consacré à la bonne marche des travaux et au financement de certains de nos travailleurs locaux. Ces personnes sont recrutées dans les villages alentours et leur recrutement permet aux familles un apport économique relativement important dans un pays où le chômage est omniprésent.



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% for the Planet ou notre Foire Aux Questions