Pleine mer

Pêche locale

À propos de l’association

L’association Pleine Mer contribue à la transition vers une pêche durable, en faveur des hommes et des femmes qui la pratiquent, des citoyens et de l’environnement. Elle a pour objet la protection des océans ainsi que le soutien au développement de méthodes et modes de gestion soutenables dans la pêche.

Résumé du projet

La pêche est une activité nourricière, fascinante, traditionnelle, inconnue du grand public, alors que les pêcheurs rentrent parfois dans un cercle vicieux : du fait de l’instabilité des prix, ils sont incités à pêcher plus, ce qui cause la surpêche et met en danger la durabilité de leur activité.

Un.e français.e consomme 35kg de poisson/an et pourtant nous ignorons tout de la pêche locale : 90% des produits de la mer consommés en France sont importés. Dans un cadre de surpêche globale où 1/3 des stocks sont surexploités  ces habitudes de consommation sont à questionner : peut-on manger moins de poisson et favoriser la pêche locale ?

Renforcer le lien entre pêcheurs et consommateurs permet de résoudre ce paradigme, via les “community supported fisheries” (CSF), modèle où le consommateur achète le poisson à un prix juste et où le pêcheur s’engage à pratiquer une pêche durable : un véritable “contrat anti-surpêche”. Les CSFs initient un cercle vertueux qui permet de sortir de la surpêche : parole de pêcheur, «si je valorise mieux chaque poisson, je vais moins sortir en mer et donc je protégerai la ressource ».

Nous avons publié une cartographie des CSF, qui a reçu d’excellents retours des pêcheurs et des consommateurs désormais en lien direct : https://associationpleinemer.com/cartographie-des-circuits-courts-dans-la-peche/

Ce projet collectif et interactif nous permet chaque jour de renforcer nos liens avec les pêcheurs artisans sur le littoral (plusieurs dizaines de pêcheurs sont rajoutés chaque mois sur la carte) et de construire un lien de confiance avec les acteurs des CSF.

Aux côtés des pêcheurs et de notre partenaire Local Catch, nous co-construisons actuellement une nouvelle interface qui permettra de développer et renforcer les CSF sur le littoral français. Cette nouvelle version de la carte permettra à chacun de connaitre toutes les informations nécessaires pour acheter du poisson en direct des pêcheurs. Les pêcheurs artisans pourront s’y inscrire par eux même à condition d’adhérer aux valeurs des CSF.  Enfin, nous souhaitons ajouter des alertes pour que chaque pêcheur puisse prévenir les mangeurs de poissons abonnés à son profil lorsqu’il organise une vente directe.  Grâce à cet outil, pêcheurs et citoyens pourront s’engager ensemble contre la surpêche.

À propos de la question du genre dans la lutte contre la surpêche et le développement des CSF

Beaucoup d’individus imaginent la pêche comme un milieu très viril, or notre travail sur la vente directe nous prouve le contraire : sans femmes, pas de pêche artisanale et pas de CSF. Certaines sont embarquées bien sûr, mais beaucoup ont aussi des rôles fondamentaux à terre, comme la valorisation du poisson ou la gestion des comptes de l’entreprise. Leur travail est souvent invisibilisé, alors que leur rôle est indispensable. Comme elles travaillent souvent avec leur famille, leurs droits sont parfois peu reconnus (cf statut de conjointe collaboratrice). Nombreuses sont les femmes à adhérer à l’association, et à porter la question du genre dans la pêche de plus en plus fort. Des projets sont donc en cours de développement, afin de visibiliser le rôle des femmes, et de le faciliter. En particulier, nombreuses sont celles qui s’investissent aux côtés de l’association afin de développer la nouvelle interface cartographique, qui permettra de soutenir le travail de valorisation qu’elles mettent déjà en place. D’autres projets sont aussi envisagés comme la production d’un calendrier 2022 des femmes dans la pêche artisanale, et la production d’un document légal permettant à chacune de savoir ce qui est légal ou non quand on fait de la vente directe. Avec Pleine Mer, ce sont les femmes qui se saisissent de la question de la surpêche et développent des outils pour développer les CSF, tout en défendant leur rôle indispensable et pourtant invisibilisé.

Lieu

Régions littorales de la métropole : Hauts-de-France, Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, PACA, Occitanie.

Montant demandé

30 000

Utilisation prévue de ce montant

  • 15 000€ : salaire du chargé de mission
  • 10 000€ : rémunération du développeur
  • 4 000€ : frais de déplacement pour échanger avec les pêcheurs sur les quais
  • 1 000€ : frais de communication


Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% for the Planet ou notre Foire Aux Questions