La Terre en Partage

L’écologie au service de l’insertion des demandeurs d’asile

À propos de l’association

Pour la première fois en France, nous proposons à des demandeurs d’asile de redonner vie à une ferme en y cultivant des légumes et des fruits en s’inspirant des principes de la permaculture, apportant ainsi leur contribution à la richesse sociale, écologique, culturelle et économique du territoire qui les accueille.

Résumé du projet

La Terre en Partage innove en proposant, pour la première fois en France, à des demandeurs d’asile de se sentir utiles et d’acquérir des compétences par le biais d’une activité de maraîchage diversifiée et inspirée des principes de la permaculture.

Nous avons lancé un premier projet expérimental dans une ferme située à Saint-Just-le Martel (à 10 km de Limoges), offrant un bâtiment d’hébergement (19 places) entouré de vastes dépendances agricoles et de 10 ha de terres incluant potagers, vergers, serres, pâtures… La participation des demandeurs d’asile aux travaux de la ferme, dans le cadre d’un agrément « Organisme d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires », redonne progressivement vie à ce domaine agricole.

À travers cette expérimentation, nous nous donnons pour objectif d’apporter la preuve concrète que les demandeurs d’asile peuvent, si nous savons les accueillir, être une chance pour notre société, c’est-à-dire non pas ajouter aux problèmes économiques, sociaux et écologiques que nous connaissons déjà, mais au contraire contribuer à apporter des solutions : redonner vie à des fermes, développer les pratiques écologiques en maraîchage (variétés anciennes, traction animale, agroforesterie, préservation des abeilles…), approvisionner les habitants et les cantines en fruits et légumes locaux, contribuer aux échanges interculturels et à la vie sociale dans les zones rurales…

Notre activité est constituée principalement de maraîchage biologique en permaculture, ayant une double vocation : produire (pour l’autoconsommation puis la commercialisation des excédents), mais surtout être un support de formation et d’insertion pour les demandeurs d’asile. Elle inclut différentes activités annexes (vente, restauration, animaux…) ou complémentaires (accueil à la ferme, événements culturels…). Parmi les projets que nous souhaitons expérimenter en 2020 : cultiver une parcelle de 1 Ha en agroforesterie, commencer à approvisionner la cantine scolaire du
village en légumes et fruits, tester la production de plantes aromatiques et médicinales, mettre en place un rucher.

Lieu

Au-delà du projet pilote lancé fin 2018 dans le Limousin, nous nous donnons pour objectif à partir de 2020 d’essaimer notre expérience en inspirant d’autres acteurs associatifs et publics sur d’autres territoires à l’échelle de la France.Maria)

Montant demandé

30 000 €

Utilisation prévue de ce montant

Idéalement, ce montant serait affecté au fonctionnement global de l’association, incluant la capitalisation et l’essaimage du projet pilote. Des soutiens spécifiques seraient également les bienvenus sur les projets présentés plus haut (agroforesterie, cantine scolaire, plantes aromatiques et médicinales, rucher).



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% For The Planet ou notre Foire Aux Questions