GÉNÉRATIONS FUTURES

Promouvoir les systèmes agricoles réduisant fortement l’utilisation des pesticides de synthèse

À propos de l’association

Générations Futures a pour mission la dénonciation des impacts des pollutions chimiques (particulièrement les pesticides) et la promotion de leurs alternatives.

Résumé du projet

Depuis 10 ans, la France a un objectif de réduction de 50% de l’utilisation des pesticides, or si la bio progresse, les systèmes à bas niveau d’intrants n’arrivent pas à s’imposer et l’utilisation des pesticides ne diminue pas globalement. Un nouveau « plan pesticides » a été présenté aux ONG fin avril. Dans ce plan, bien peu ambitieux, les moyens présentés pour atteindre cet objectif de réduction de 50% des pesticides ne sont pas à la hauteur. Les systèmes à bas niveau d’intrants sont en effet peu mis en avant comme des solutions essentielles alors que sont promues des solutions techniques partielles (biocontrôle, optimisation technique de la pulvérisation …). Il est donc essentiel de promouvoir une approche « système » valorisant des expériences de centaines d’agriculteurs ayant déjà profondément modifié leur système de production (rotation longues, variétés résistantes aux maladies, travail sur les périodes de semis, aménagement de l’environnement des champs etc.) et diminué de moitié leur usage de pesticides afin que celle-ci soit réellement prise en compte dans la nouvelle version du plan Ecophyto2+ car seule une approche système pourra conduire à une réduction de moitié des pesticides (l’optimisation technique ne permettant au maximum qu’un gain de 15%). C’est pourquoi pour promouvoir ces systèmes notre association souhaite réaliser des supports pédagogiques grand public (principalement de courtes vidéos) que nous souhaitons rendre virales et diffuser dans le cadre de la Semaine pour les alternatives aux pesticides qui se tient chaque année du 20 au 30 mars. Nous travaillerons avec des ingénieurs agronomes, des agriculteurs impliqués dans la production intégrée (cette 3ème voie est souvent l’étape ultime avant une conversion à l’agriculture biologique) mais aussi des chercheurs sur des cultures emblématiques (grandes cultures, viticulture, ou arboriculture), et démontrerons que ces agriculteurs volontaires sont déjà parvenus au moins 50% de pesticides.

Lieu

France et UE

Montant demandé

15 000 €

Utilisation prévue de ce montant

Réalisation des vidéos et graphisme du rapport. Plus un peu d’impression.



Besoin de plus d’informations ? Contactez 1% For The Planet ou notre Foire Aux Questions